ÉGLISE SAINTE-CROIX DE HATTULA (français)

 

Cette église originalement catholique (aujourd’hui luthérienne) fut fondée à la fin du 15ème siècle. Elle fut construite en briques alors qu’en ce temps-là les autres églises étaient en bois ou en pierres grises, excepté la Cathédrale de Turku. Au Moyen Âge, cette église était bien connue dans toute la Scandinavie comme un lieu de pèlerinage.

Aujourd’hui, cette église est mieux connue pour ses peintures al-secco. On peut en voir presque 200. Elles furent peintes au début du 16ème siècle par un groupe finlandais (probablement par des sœurs). Les couleurs furent obtenues de diverses plantes et dissoutes dans l’eau calcaire avec laquelle on a peinte sur une surface sèche. Au 19ème siècle, les murs et les piliers furent recouvertes de calcaire mais non celles du plafond. C’est pourquoi les couleurs y sont plus claires et presque originales. Les peintures conservées en 1930 et 1980 évoquent des passages de la Bible et des légendes variées :

  • La Création du Monde (à droite de l’autel)

  • Le Paradis (ibidem)

  • La Naissance et l’Enfance de Jésus (au mur du sud)

  • Les Évènements de Pâques (au mur de l’ouest)

  • La Crucifixion et l’Ascension (au mur du nord)

  • Le Dernier Jugement (à gauche de l’autel)

  • La Légende de la Sainte-Croix (au plafond au-dessus du couloir central)

Cette église conserve plus de sculptures en bois qu’aucune autre église finlandaise. Devant l’autel pend un crucifix sculpté vers 1310 par le premier sculpteur Finlandais, le Maître de Lieto, qui a aussi sculpté la fameuse ‘Madonne de Hattula’ au fond de l’église. Également à l’arrière se trouve un groupe de trois sculptures du 15ème siècle : un soldat Romain, le Christ et Simon de Cyrène (qui l’aida à porter la croix). Juste en face, il y a Saint George tuant le dragon. Les fonds baptismaux datent du 15ème siècle est sont faits du pin.

A l’avant de l’église on distingue deux chaires. La plus petite est plus simple mais aussi la plus vieille de Finlande (de 1550). L’autre, bien décorée, date du 18ème siècle. C’est St. Christophe qui la porte (on voit son image également au-dessus de la porte de la sacristie). Devant l’autel se trouve la pierre tombale d’un pasteur inconnu de cette paroisse du 17ème siècle. Les murs et les piliers sont décorés des armoiries des nobles qui, originalement, étaient enterrés dans la crypte de l’église. Leurs tombes n’existent plus. À côté de l’entrée se trouve un coffre du 18ème siècle qui était dans la sacristie et où l’on conservait les biens de la paroisse. L’autel, la balustrade et le tableau (‘Le Dernier Repas’ de Nils Schillmark, une imitation d’une fresque de Rafael au Vatican) datent tous de la fin du 18ème siècle.

Dans la sacristie, on trouve l’ambiance presque authentique du Moyen Âge avec le sol en briques et les fenêtres étroites. Sur le mur de l’ouest, il y a l’arbre généalogique du Christ, et au plafond se trouve l’histoire de Caïn et Abel. Sous le sol, il y a une cave qui n’est plus en usage.

sisäkuva Pyhän Ristin kirkosta